« A table! » dans les langues et cultures de l’Antiquité. Préambule de Valentin Rietz

A table!

Les Banquets de Platon, de Xénophon, la Cena Trimalchionis dans le Satiricon de Pétrone sont autant de références qui nous rappellent que les Grecs et les Romains aimaient se mettre à table.

Chez les Anciens, le banquet était un art, une institution, à titre privé aussi bien que public : ainsi offrait-on des banquets aux dieux, ainsi les cités célébraient-elles leurs victoires militaires. Les banquets organisés par la cité permettaient également de développer les réseaux d’influence politique. Public ou privé, le banquet invitait, enfin, aux conversations les plus sérieuses, où l’on pouvait par exemple parler d’amour avec Socrate, comme les plus triviales, si l’on en croit les anecdotes de table mettant en scène la débauche de riches affranchis ou d’empereurs dans leurs palais. Quoi qu’il en soit, la table rassemblait les hommes et faisait partie des plaisirs les plus communément partagés dans l’Antiquité.

La mythologie révèle que les dieux eux-mêmes s’attablaient volontiers : de Ganymède, devenu l’échanson servant le nectar aux dieux, à Tantale qui servit son propre fils à un banquet où il avait convié les Olympiens, les dieux ne cessent de passer à table.

Certains historiens laissent à lire quant à eux quelques anecdotes effroyables liées à des banquets : n’est-il pas dit que c’est à table que Britannicus fut empoisonné sur ordre de Néron ?

Ajoutons que c’est dans l’Antiquité qu’ont été écrits les premiers livres de recettes que nous ayons conservés : qu’il s’agisse des plats d’Archestratos de Gela, cité par Athénée, ou d’Apicius, ces recueils nous livrent une quantité impressionnante d’informations sur les habitudes culinaires des Anciens.

Impressionnantes aussi, les collections de vaisselle dans les musées archéologiques : elles nous rappellent que Grecs et Romains connaissaient les arts de la table. Kylix, oenochoé, cratères, amphores, dolium ne sont que quelques-uns des mots désignant les vases que l’on pouvait trouver en Grèce ou en Italie et qui, tous, avaient leur fonction : service du vin, conservation des aliments, fonction rituelle… Et, comme pour prouver que la civilisation antique est toute entière liée à la table, c’est sur les vases que l’on représentait les grands épisodes de la mythologie, les événements marquants de l’histoire et les scènes de la vie quotidienne.

S’il est bien un thème qui permet de renouer, aujourd’hui, avec les Langues et cultures de l’Antiquité, c’est bien celui de la table. Alors, chers élèves, il est temps de passer à table ! Régalez-vous !

Valentin Rietz