Editorial de madame Anne Mistler, Directrice régionale des affaires culturelles de la région Grand-Est

Quelle curieuse invitation à l’expression cette année que cette fameuse interjection « Chut ! » qui a pétrifié tant d’élèves ! Cette onomatopée appelle à se taire et faire silence… mais ce sera cette année afin de mieux se tourner vers le périlleux exercice de l’écriture, pour tous les élèves de l’Académie de Strasbourg et leurs professeurs qui désirent s’inscrire une nouvelle fois dans la dynamique de ce grand rendez-vous du Printemps de l’écriture soutenu par le GIP Acmisa.

La littérature a fourni ses plus belles pages en creusant ce thème du silence, de l’interdit, et du non-dit. Pourquoi doit-on se taire ? Obéir, certes, parfois, se préserver ou même sauver sa peau face au danger.

Mais ne dit-on pas que le silence est d’or ? « Chut ! » peut constituer une invitation à l’introspection, ou encore à l’écoute et à l’ouverture et donc à la rencontre, une manière de se rendre disponible tout entier au monde qui nous entoure et bruisse de murmures.

Madame Françoise Nyssen, ministre de la Culture et Monsieur Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, ont réaffirmé, dès leur nomination, leur désir indéfectible de continuer à creuser avec conviction le sillon de l’éducation artistique et culturelle qui apporte tant aux élèves. L’écriture, comme toutes les autres disciplines artistiques, donne à tous la possibilité d’aller à la rencontre de sa part de créativité et développe ainsi, outre des compétences fondamentales à la réussite scolaire, la part d’humanité indispensable au vivre ensemble et à l’épanouissement de tous.

Le GIP Acmisa permet aux enseignants , depuis de nombreuses années dans l’Académie de Strasbourg, de faire intervenir au sein de leurs classes et au cœur de leurs enseignements des artistes de tous horizons et à leurs élèves de fréquenter des créateurs et des lieux de culture dès le plus jeune âge. Ils y sont accueillis par des professionnels de la médiation qui, avec générosité et bienveillance, les guident dans l’approche des œuvres et dans l’apprentissage à être spectateur. Je les en remercie chaleureusement.

En cette année où nous fêtons le quarantième anniversaire des Directions Régionales des Affaires Culturelles, services déconcentrés du ministère de la Culture, je tiens à dire toute ma conviction pour ce travail de partenariat étroit que nous menons avec le Rectorat de Strasbourg, au service des projets d’éducation artistique et culturelle pour tous les élèves de l’Académie ainsi que toute notre fierté du chemin accompli. Ce partenariat avec l’Éducation Nationale est inscrit au cœur de la politique de démocratisation culturelle entrepris par notre ministère depuis sa création, et relayée en région par les DRAC, depuis maintenant quarante ans, et grâce à l’Acmisa depuis 1982 !

Quarante ans ? La DRAC de Strasbourg n’a-t-elle pas été mise en place dès l’année 1969 ? « Chut ! », ne troublons pas cet heureux anniversaire en revendiquant la place de pionnier !

Je vous souhaite une très belle édition 2018.

Anne MISTLER

Directrice régionale des affaires culturelles de la région Grand-Est

Présidente du GIP Acmisa