- CRDP d'Alsace - Banque Numérique du Patrimoine Alsacien -

Le siège du Conseil de l’Europe

Page mise à jour le 05/05/2011

Signature du traité de Londres : Robert Schuman Article de Charles Frey, maire de Strasbourg Première session de l’Assemblée consultative dans l’aula de l’université de Strasbourg Accord entre le Conseil de l'Europe et le gouvernement français au sujet du siège
Première maison de l’Europe Ancien hémicycle du Conseil de l'Europe Plan sur implantation d’une île artificielle Plan d'une demande de permis de construire
Ancien et nouveau siège du Conseil de l’Europe Avant-projet du Palais de l’Europe Henry Bernard commentant la maquette du palais de l’Europe Vue extérieure du Conseil de l’Europe

Vue suivante | 1 | 2 | Vue suivante

Très tôt désignée comme étant la ville qui devait accueillir le siège du Conseil de l’Europe, Strasbourg a œuvré de manière continue pour offrir à la première organisation politique européenne un édifice provisoire (la Maison de l’Europe) puis définitif (le Palais de l’Europe), qui furent le point de départ de la création d’un quartier européen au sein de la capitale alsacienne.

L’importance accordée au Palais de l’Europe, à son environnement et à ses capacités a été d’autant plus grande qu’il accueillait également les parlementaires des Communautés en sessions plénières. Il devenait ainsi un élément de la bataille du siège, qui a opposé Strasbourg à Luxembourg et Bruxelles (cf. album sur le siège du Parlement européen).

Depuis la construction du bâtiment Louise Weiss, qui abrite les sessions plénières du Parlement européen, le Palais de l’Europe est exclusivement occupé par les organes du Conseil de l’Europe qui s’est par ailleurs élargi. L’édifice fonctionnaliste d’Henry Bernard n’en reste pas moins un symbole de la construction européenne et de la vocation européenne de Strasbourg.

En complément, se reporter au dossier sur l'installation du Conseil de l'Europe à Strasbourg réalisé par le Service éducatif des Archives de Strasbourg.

Commentaire des illustrations par Annick Couval.